de Valparaiso à San Pedro de Atacama

5 courbes et murales


    Comme chaque matin ( ?)  je prends mon petit dejeuner avec vue sur la baie.... me suis endormie avec "le neveu d' Amérique" de Luis Sepulveda, un régal....
 "L' horloge sert à peser les retards. Il arive aussi que l'horloge tombe en panne et comme l'auto perd de l' huile, l' horloge perd du temps ..."  en traversant l' atlantique, j'ai gagné six heures et c est pour mieux les perdre...

    Facile de circuler : Les repères se prennent bien plus facilement dans cette ville biscornue dont les cerros sont separés par des ravins  ( parfois franchissables par des escaliers à découvrir ou des  ascencores....) que dans  une ville nouvelle pesée et pensée. Les maisons semblent suivre la loi naturelle du terrain : "Je m' y mets et si ça tient j' y reste." La ville a été construite par ses habitants et tous les styles cohabitent.

    Patrimoine mondial de l'humanité ? me gusta... Je me compte dans l' humanité. Je pars le nez au vent ( fort ) et si j' en ai marre je lève la main au passage d' un bus .  La course coûte généralement   de 150 à 250 pesos . Peu de voitures,  car l' essence est presque aussi chère qu' en France . Beaucoup de bus et les destinations sont inscrites à l' avant. La avenida Alemania par exemple est une sorte de route de corniche facile à suivre.  On peut s'en échapper pour des incursions dans différents cerros. Et puis le repère de la baie et l'amabilité des portenos ( habitants du port.... ) facilitent les déplacements. Tous me mettent en garde contre les voleurs. Mon propriétaire s'est fait agresser en plein jour. Je reste vigilante et regarde derrière moi dès que je change de direction comme il me l'a recommandé.





Il fait encore beau et chaud  ( là j'ai cessé de me vanter) et je visite la Sebastiana, demeure de Pablo Neruda. Par hasard, mes pas m'enmènent vers le cerro Bellavista où  se trouve le museo a cielo abierto et le siège  de la fundacion Valparaiso qui a édité un guide de Valparaiso en 14 itinéraires .  Pour chaque itinéraire, ce guide recense  les possibilités de banos ( tous payants  entre 100 et 150 pesos ...) ce qui est moins anecdotique qu'il n'y parait, vu la raideur des pentes et les litres d'eau ( en vente partout) incurgités. La fondation a acheté et restauré de  nombreuses maisons et sous l' impulsion de l' université catholique du Chili ( la plupart des facs chiliennes sont privées et leurs coûts phohibitifs ) des artistes de stature internationale comme Roberto Matta, Mario Torral et Nemesto Antunez, mais aussi des élèves de l'instituto de Arte nous offrents vingt murales
Les murales sont superbes :











Mais les graffitis aussi :



















toutes les surfaces sont pretextes à inspiration :







Et, ne pas oublier que Valparaiso n'est pas une ville politiquement tiède...










12:13 - 22/04/2006 - Ajouter un commentaire

Page précédente Page suivante
Description
vingt jours au Chili, avec lenteur et les yeux grand ouverts....

Accueil
Qui suis-je ?
Album photos
Archives
Mes amis

Derniers articles
- 8 cimetière et prison : salida....
- 11 la serena
- 7 brumes et brumes
- 6 Brumes et Courbes
- 5 courbes et murales

Mes amis